Le Pont Rose au Pax

Une soirée garantie 100 pour 100 détente !

La troupe du Pont Rose vous invite à passer une soirée dans la bonne humeur avec sa représentation annuelle pour la première fois à la salle Pax  (Etaples).

Les réservations sont conseillées( places limitées). Elles seront prises à partir de ce lundi 23 avril (06 61 15 48 11).

Informations sur l’affiche ci-dessous. 

Merci à Jean- Michel Delambre pour l’illustration.

Publicités

Musiques du Monde avec le CLEA

                                   MUSIQUE POUR BEBES MAMANS ET PAPAS

Le samedi 14 avril 2018-  Maison de la Petite Enfance.

I                                                                     CLEA : Compagnie MILLE BONJOURS

La compagnie Mille Bonjours a été créée en 2009 par Juliette Leroy et Stéphane Hocquet. Celle-ci travaille sur l’interprétation des musiques médiévales et principalement les répertoires des XIIe et XIIIe siècles : chansons de trouvères, musique profane et religieuse, musique instrumentale, musique précolombienne.

Participants : Maison de la Petite enfance : Anne et Christelle.

Passion Culture – Bébé Bouquine : Annie, Françoise, Jocelyne.

Spectateurs : 18 enfants (le plus jeune 4 mois),  23 adultes.

Après une brève présentation par Anne et Jocelyne, nos artistes ont tout de suite commencé à jouer avec leurs instruments (charchas et flute de pan) un morceau qui a charmé l’assistance.

Puis se sont succedés, tambour et flûte de terre, flûte double ainsi que des chants à deux voix accompagnés d’instruments dont une guitare extraordinaire sculptée d’un seul morceau.

Les enfants ont été transportés par le rythme en se balançant et même en dansant. Tous ont été enchantés d’écouter les sons envoûtants des voix et des instruments ( musique médiévale et précolombienne).

Les artistes ont chaleureusement remercié les spectateurs, surtout les enfants qui ont été attentifs et intéressés. Ils ont remercié également leurs hôtes (MDPE) et Passions Culture.

Jocelyne a distribué à chaque famille la carte de Passions Culture pour y retrouver sur le blog de l’association toutes les photos prises lors du spectacle (demande au préalable de l’autorisation parentale).

Pour conclure la manifestation, nous avons partagé un verre de jus de fruit et des gâteaux. Les parents ont apprécié le spectacle partagé avec leurs enfants.

Les organisateurs ont été enchantés de la qualité des artistes et ravis du nombre de spectateurs (41).

Compte rendu et photos: Jocelyne.

 

Les oeufs avec Bébé Bouquine…

IMGP6945 (2)IMGP6946IMGP6951 (2)IMGP6957IMGP6958 (2)IMGP6959 (2)IMGP6963IMGP6970IMGP6975 (2)IMGP6982 (2)IMGP6993IMGP7000IMGP7007IMGP7033IMGP7034IMGP7039IMGP7049 (2)IMGP7055 (2)Bébé Bouquine spécial œufs

mercredi 11 avril 2018 à 10h – Maison de la Petite Enfance- Etaples/mer

 Animatrices : Christelle (Maison de la Petite Enfance)

                            Annie et Jocelyne (Passions Culture)

 Participants : 11 enfants dont des tous petits de moins d’un an

                              7 parents dont 2 papas

 Nous avons décoré la salle avec des œufs (factices, en chocolats et des vrais), des nids, des poules, des branches, des cocottes en papier.

Chanson de présentation par Christelle « Par la fenêtre ouverte, bonjour, bonjour… » 

Annie a commencé par un livre : l’OEUF qui explique la naissance du poussin.

Puis Jocelyne a continué avec « JE SORS DE ‘L’OEUF » qui montre en image les différents animaux qui sortent d’un œuf (poussin, caneton, pingouin, perroquet, serpent, ….

Ensuite, Annie a lu un superbe album sur la naissance d’un petit pingouin.

Intermède chanté avec une chanson sur un crocodile par Christelle.

Nouveaux albums avant un petit déjeuner de viennoiseries, œufs en chocolat, bonbons, jus de fruit, café pour les adultes.

 Pour poursuivre l’atelier, nous avons laissé à disposition des participants différents albums. Mamans et Papas ont pu raconter des histoires à leurs enfants.

Nous avons pu aussi présenter au bébé dans les bras de sa maman des petits livres/marionnettes qui ont intéressés le bébé.

 La séance c’est terminé dans l’allégresse… Satisfaites de ces bons moments partagés.

 Nous avons particulièrement apprécié le nombre des participants et surtout la présence des deux papas.

Merci à Jocelyne pour ce compte rendu

 Prochain rendez- vous : Goûter avec Bébé Bouquine, le mercredi 16 mai, de 16 h à 17 h 30 à la Maison de la Petite Enfance.

Inscriptions au 03 21 09 41 60 ou 06 61 15 48 11.

Scènes ouvertes 2018

Le cru 2018 d’Histoires d’un Soir fut de grande qualité.

Damien Haidon, Dominique Ledoux, Nathalie Rocher et Patrick Saulnier conteurs professionnels ont des univers teintés à la fois de poésie et d’humour. Cela nous a bien plu ! Nous avons particulièrement aimé l’histoire du colibri et la version toute personnelle de la naissance du personnage de dessin animé Mickey Mouse.

En ce qui concerne les conteurs amateurs de l’association Passions Culture, Pascal, Françoise, Thérèse, Etienne, Danielle, Marie- Jeanine, Jocelyne et Annie,  ont fait découvrir ( en autres) des textes de Raymond Devos, René de Obaldia ou encore de Jacques Prévert…

Patrick Saulnier a délivré en fin de spectacle un émouvant hommage à Jacques Higelin, décédé en début de journée.

La soirée s’est achevée par le traditionnel partage des boissons et des victuailles apportées par les participants à cette soirée particulièrement conviviale .

Les coups de coeur de Lecture Passion

Les mardis de “ Lecture Passion « 

 13 mars 2018

Coups de cœur :

 La Falaise des Fous de Patrick Grainville 

Plus jeune Prix Goncourt en 1976 pour “Les Flamboyants̋, Patrick Grainville signe, avec “La Falaise des Fous̋, selon un jugement unanime, son roman le plus accompli. Notons aussi qu’il a été élu, c’est tout récent, le 8 mars 2018 à l’Académie française, au fauteuil d’Alain Decaux. Charles Guillemet raconte sa vie de 1868 à 1927. Il rencontre le peintre Claude Monet qu’il emmène dans son bateau, d’où le peintre contemple les côtes normandes et les falaises d’Étretat.

Avec cette première phrase du roman, « Jadis, j’ai embarqué sur la mer un jeune homme qui devint éternel », le ton est donné. Nous allons naviguer, non seulement avec Monet, mais aussi Courbet, Manet, Boudin, Degas, Renoir, Pissaro, Matisse, Picasso, mais aussi  croiser les destins d’Hugo, Zola, Rimbaud, Maupassant, Flaubert, Baudelaire ou Proust, assister au départ des terre-neuvas, aux obsèques d’Hugo, au départ du Titanic, à la catastrophe minière de Courrières, au survol de la Manche par Blériot, tout cela et bien plus, dans un style flamboyant.

Entrez, vous aussi dans « la Falaise des Fous » pour passer avec passion du XIXème au XXème siècle. Entrez-y, rien ne pourra vous la faire quitter !

Dans l’Ombre d’Arnaldur Indridason

Après nous avoir passionnés avec les douze enquêtes de l’Inspecteur Erlendur, Indridason, le plus connu des écrivains islandais, nous emmène dans la trilogie de l’Ombre. Le premier tome, paru en France en février 2017, s’appelle “ Dans l’Ombre̋.

C’est l’été 1941. Un homme est retrouvé mort dans un appartement à Reykjavik. Il a été tué d’une balle en pleine tête et, sur son front, une croix gammée a été dessinée avec son sang. Près de lui, dans le double-fond d’une valise, l’Inspecteur Flovent, dont c’est la première enquête criminelle, les crimes de sang étant rares en Islande, découvre une capsule de cyanure. L’arme utilisée est un colt de l’armée américaine. Les soupçons se portent donc sur les gens qui transitent autour de l’armée d’occupation américaine. Mais lorsqu’on découvre la véritable identité du cadavre, les investigations s’orientent dans d’autres directions, notamment la mouvance nazie.

Jusqu’à la fin du roman, le suspense est ménagé et le lecteur se laisse emporter dans les méandres divers de l’enquête.

Indridason est féru d’histoire et ce qu’il écrit est toujours précisément documenté. Le roman nous permet d’évoluer dans l’histoire islandaise de 1930 à 1941. Occupation anglaise d’abord, puis occupation américaine. C’est le moment d’une mutation pour le peuple islandais.

Le Mariage de Plaisir de Tahar Ben Jelloun

 Tahar Ben Jelloun, écrivain franco-marocain né à Fès en 1947, a obtenu le Prix Goncourt en 1987 pour “La Nuit Sacrée̋ et a été élu à l’Académie Goncourt en 2008.

Dans l’Islam, pour lui éviter de fréquenter des prostituées, il est permis à un homme qui voyage de contracter un mariage de durée limitée. C’est ce qu’on appelle un mariage de plaisir.

Amir, marié, quatre enfants, part au Sénégal où il épouse Nabou, une Peule dont il tombe rapidement amoureux. Il la ramène chez lui auprès de son épouse et de ses enfants. Pour Nabou, l’atmosphère devient vite irrespirable. Tous lui font vivre un véritable cauchemar, sauf Karim, l’enfant trisomique. Nabou donne naissance à des jumeaux, l’un blanc, l’autre noir. Le jumeau blanc est bien accepté dans la société, mais le noir a du mal, il est exclu.
Propos de Tahar Ben Jelloun :« Le racisme est cruel, il est partout, personne n’y échappe. Né d’une histoire d’amour, l’un des jumeaux va connaître une histoire de rejet. Le blanc va réussir, plaire, s’enrichir. Le noir connaîtra une vie médiocre, des échecs, des drames, et ce sera pire pour son fils, jusqu’à mourir à la place de son père. Ce roman est une fiction totale, où malheureusement rien n’est inventé. »

La Nuit des Béguines d’Aline Kiner

Aline Kiner est née en Moselle et vit à Paris. Passionnée par l’histoire du Moyen Âge, elle a publié en 2017 “La Nuit des Béguines̋.

Marguerite Porete, qui appartient à la mouvance des Béguines, femmes pieuses qui ont choisi  de vivre célibataires en communauté semi-laïque, semi-mystique,  est brûlée en place de Grève pour avoir écrit un manuscrit jugé subversif par l’Inquisition.

A l’époque du roman, la France est menée par le rigide Philippe le Bel. Les Templiers viennent d’être arrêtés et le béguinage est dans le collimateur de l’Inquisition qui voit d’un très mauvais œil ces femmes trop libres, trop cultivées qui refusent la domination des hommes et l’autorité de l’Église.

Nymphéas noirs de Michel Bussi

 Dans le village de Giverny, berceau du peintre Claude Monet, le cadavre de Jérôme Bonneval est retrouvé. L’inspecteur Sérénac et son adjoint Silvio mènent l’enquête.

Au cœur de l’intrigue se croisent trois femmes de vie et d’âges différents, une fillette de 11 ans, douée pour la peinture, une institutrice très séduisante et une vieille femme vêtue de noir qui voit tout.

Le roman, qui se passe sur deux époques, n’est ni glauque ni sanglant et le suspense est bien ménagé.

Bakhita de Véronique Olmi

Prix du roman FNAC, nommé également pour le Goncourt.

Au Darfour, Bakhita, petite fille de 7 ans est enlevée à une famille aimante, comme sa sœur l’a été avant elle alors qu’elle était enceinte.

Elle devient esclave et subit toutes les avanies possibles. Enchaînée, torturée, violée, elle en oublie son prénom. Bakhita est celui qui lui est donné et qui, comble d’ironie, signifie “la chanceuse̋. Changeant cinq fois de propriétaire, la fillette va malgré tout subsister et même, réussir à aider les autres.

A 13 ans, elle est vendue au consul d’Italie à Khartoum qui tente de la rendre aux siens, mais la petite est incapable de donner le moindre renseignement. Cependant, tout va changer pour elle. On pourrait croire qu’il s’agit d’un roman tant ce destin est extraordinaire, mais si Véronique Olmi a bien été obligée d’imaginer certaines choses, il n’en est pas moins vrai que Bakhita a bel et bien existé et que d’esclave, elle est devenue Sainte Joséphine Bakhita en 2000. On la fête le 8 février.

La Mémoire assassine de Simone Van der Vlugt

 À Amsterdam.

Sabine sort d’une longue dépression. Elle reprend son travail à mi-temps dans sa banque, mais elle a été remplacée et se trouve reléguée au placard. Autrefois, quand elle était jeune, son amie Isabelle et d’autres jeunes ont disparu du jour au lendemain. Elle veut la retrouver. Elle se souvient d’une camionnette rouge qui appartenait au concierge de l’école. Elle le recherche, le retrouve et se rend compte que ses chats portent les noms des personnes qui ont disparu.

Son enquête aboutira-t-elle ?

 Merci à Thérèse pour ce compte rendu